Eghezée: et si, à l'école, on se focalisait sur les bons comportements des élèves ?

La méthode SCP appliquée à l'EFAN
La méthode SCP appliquée à l’EFAN – © RTBF – Anaïs Stas

A l’école fondamentale Abbé Noël à Eghezée quand Sacha, Marine ou Maëlle, élèves en primaire, adoptent un de ces comportements, ils reçoivent un bracelet. Amaëlle, Maxime et Maxence, élèves en maternelle, reçoivent un pompon de couleur.

Chacun rapporte ensuite cette petite récompense dans sa classe où un bocal est prévu pour les collecter. Quand le récipient est plein, les enfants ont droit à une activité ludique en groupe comme un cache-cache géant pour les primaires ou faire des bulles de savon pour les maternelles.

Petits pompons de couleurs collectés par les élèves de maternelle
Petits pompons de couleurs collectés par les élèves de maternelle – © RTBF – Anaïs Stas

Cette méthode qui consiste à encourager et récompenser des comportements positifs se nomme SCP pour Soutien au Comportement Positif. C’est une méthode issue du monde anglophone et traduit par des Canadiens. Cette méthode y est appliquée dans de nombreuses écoles depuis une décennie.

La méthode SCP se focalise principalement sur l’encouragement des bons comportements. Des règles spécifiques sont rappelées en fonction des lieux : au réfectoire – manger proprement, dans la cour – bien fermer les grilles. De la première maternelle à la sixième primaire les mêmes règles sont attendues, les mêmes comportements sont encouragés pour tous les élèves. Les récompenses sont les mêmes et les punitions sont les mêmes. C’est un système très égalitaire qui vise à apaiser les tensions.

Une méthode bisounours ?

L’idée peut paraître utopiste, idéaliste. Mais si la méthode SCP se focalise en premier lieu sur les comportements à adopter, elle prévoit également des punitions. « Quand un comportement non désiré survient et qu’on n’intervient pas, sa fréquence et son intensité vont augmenter, il est donc aussi important d’intervenir. Mais quand on le fait, on essaye d’intervenir de façon logique », explique Steve Bissonnette, professeur à l’Université TELUQ au Canada et expert de la méthode SCP. Par exemple, si un élève laisse traîner ses affaires, la punition pourrait être de le faire ranger la pièce.

Le soutien au comportement positif fonctionnerait avec 80% des personnes, 20% y seraient réfractaires. « Je ne connais aucune méthode qui peut se vanter de fonctionner à 100% avec 100% des gens dans 100% des situations, ça n’existe pas« , conclut Steve Bissonnette.

https://www.rtbf.be/info/regions/namur/detail_ecole-a-eghezee-et-si-on-se-focalisait-sur-les-bons-comportements-des-eleves?id=10424580

A propos stevebissonnette2012

Monsieur Steve Bissonnette est professeur au Département d'éducation à la TÉLUQ depuis juin 2012. Au cours des années précédentes, il a également été professeur et directeur adjoint au Département de psychoéducation de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) au campus de Saint-Jérôme. Son domaine de spécialisation est l'intervention en milieu scolaire. Il a travaillé, pendant plus de 25 ans, auprès des élèves en difficulté et du personnel scolaire dans les écoles élémentaires et secondaires ainsi qu'en Centre Jeunesse. Le professeur de la TÉLUQ s'intéresse aux travaux sur l'efficacité de l'enseignement et des écoles, à l'enseignement explicite, à la gestion efficace des comportements ainsi qu'aux approches et moyens pédagogiques favorisant la réussite des élèves en difficulté. Monsieur Bissonnette est le premier chercheur canadien dont les travaux portent spécifiquement sur l’implantation du système le Soutien au Comportement Positif (SCP) ou Positive Behavioral Interventions and Supports (PBIS) dans les écoles francophones. À ce sujet, monsieur Bissonnette est chercheur associé au centre Boscoville afin d'élaborer un modèle de réponse à l'intervention comportementale (RAIC). Le chercheur de la TÉLUQ a prononcé plus de 500 communications en éducation et a participé à la rédaction de plus de 70 publications sur le thème de l'efficacité de l'enseignement et des écoles, dont son dernier ouvrage L'Enseignement explicite des comportements (2017). Au printemps 2012, monsieur Bissonnette a reçu, des étudiants en psychoéducation de l'UQO au campus de Saint-Jérôme, une mention d'honneur pour la qualité de son enseignement. À l'automne 2017, monsieur Bissonnette a reçu une mention d'honneur décernée par la TELUQ pour sa contribution au développement de l'université dans la catégorie Excellence en enseignement. Le professeur de la TELUQ est membre de l'Ordre des psychoéducateurs et des psychoéducatrices du Québec (OPPQ) et chercheur associé au Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE).
Galerie | Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.