Premier bilan des effets du SCP sur le nombre d’écarts de conduite majeurs (EMC) dans 11 écoles québécoises

Pour évaluer les effets du système SCP, il importe de calculer dans chacune des écoles participantes le nombre d’écarts de conduite majeurs (ECM) rencontrés au cours d’une année scolaire. Un écart de conduite majeur est un incident disciplinaire qui empêche le professeur d’enseigner et pour lequel l’élève est retiré de classe. Les écoles participantes au projet ne disposant pas d’informations sur les ECM avant l’implantation du SCP, il importe alors de comparer les ECM après un minimum de deux années de mise en oeuvre du système. Il devient ainsi possible de comparer le nombre de ECM de l’an 1 avec l’an 2 et vérifier s’il y a une diminution de ce type d’écart de conduite. Une première évaluation des effets du SCP sur le nombre de ECM dans 11 écoles (primaire n=10, secondaire n=1) au nord de la région montréalaise montre une diminution moyenne de 39% des ECM entre l’an 1 et l’an 2 de mise en oeuvre ou une taille d’effet de -0,62! Bien que le nombre d’écoles soit restreint, ces résultats préliminaires sont positifs et très encourageants!

De plus, une analyse plus fine des résultats montre que les 6 écoles qui ont un EMC moyen > 1 à l’an 1 ont une baisse statistiquement significative des EMC à l’an 2 tel que mesuré par un test-t (0.018).

Sans titre

Publicités

A propos stevebissonnette2012

Monsieur Steve Bissonnette est professeur à l'Unité d'enseignement et de recherche en éducation à la TÉLUQ depuis juin 2012. Au cours des quatre années précédentes, il a également été professeur et directeur adjoint au Département de psychoéducation de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) au campus de Saint-Jérôme. Son domaine de spécialisation est l'intervention en milieu scolaire. Il a travaillé, pendant plus de 25 ans, auprès des élèves en difficulté et du personnel scolaire dans les écoles des niveaux élémentaire et secondaire ainsi qu'en Centre Jeunesse. Le professeur de la TÉLUQ s'intéresse aux travaux sur l'efficacité de l'enseignement et des écoles, à l'enseignement explicite, à la gestion efficace de la classe et des comportements dans l'école ainsi qu'aux approches et moyens pédagogiques favorisant la réussite des élèves en trouble de comportement et de ceux ayant des difficultés d'apprentissage. De plus, monsieur Bissonnette est le premier chercheur canadien dont les travaux portent spécifiquement sur l'implantation du système le Soutien au Comportement Positif (SCP) ou Positive Behavioral Interventions and Supports (PBIS) dans les écoles francophones, particulièrement dans les écoles québécoises. À ce sujet, monsieur Bissonnette travaille en étroite collboration avec le centre Boscoville2000 à l'élaboration d'un modèle de réponse à l'intervention comportementale (RAIC) en contexte scolaire. Le professeur de la TELUQ a prononcé plus de 400 communications dans divers congrès et colloques en éducation et participé à la rédaction de plus de 70 publications sur le thème de l'efficacité de l'enseignement et des écoles, dont Comment enseigne-t-on dans les écoles efficaces? (2006); Échec scolaire et réforme éducative (2005) et son dernier ouvrage L'Enseignement explicite des comportements (2016). Au printemps 2012, monsieur Bissonnette a reçu, des étudiants en psychoéducation de l'UQO au campus de Saint-Jérôme, une mention d'honneur pour la qualité de son enseignement. Monsieur Bissonnette est membre de l'Ordre des psychoéducateurs et des psychoéducatrices du Québec (OPPQ) et chercheur associé au Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE).
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.